5:3

J’ai agréé l’islam comme religion

حُرِّمَتْ عَلَيْكُمُ الْمَيْتَةُ وَالدَّمُ وَلَحْمُ الْخِنزِيرِ وَمَا أُهِلَّ لِغَيْرِ اللَّهِ بِهِ وَالْمُنْخَنِقَةُ وَالْمَوْقُوذَةُ وَالْمُتَرَدِّيَةُ وَالنَّطِيحَةُ وَمَا أَكَلَ السَّبُعُ إِلاَّ مَا ذَكَّيْتُمْ وَمَا ذُبِحَ عَلَى النُّصُبِ وَأَن تَسْتَقْسِمُواْ بِالأَزْلامِ ذَلِكُمْ فِسْقٌ الْيَوْمَ يَئِسَ الَّذِينَ كَفَرُواْ مِن دِينِكُمْ فَلاَ تَخْشَوْهُمْ وَاخْشَوْنِ الْيَوْمَ أَكْمَلْتُ لَكُمْ دِينَكُمْ وَأَتْمَمْتُ عَلَيْكُمْ نِعْمَتِي وَرَضِيتُ لَكُمُ الإِسْلامَ دِينًا فَمَنِ اضْطُرَّ فِي مَخْمَصَةٍ غَيْرَ مُتَجَانِفٍ لِّإِثْمٍ فَإِنَّ اللَّهَ غَفُورٌ رَّحِيمٌ

al-yawm akmaltu la-kum dîna-kum…. al-islâm dînan

TRADUCTION MOHAMMED HAMIDULLAH

Aujourd’hui, J’ai parachevé pour vous votre religion, et accompli sur vous Mon bienfait. Et J’agrée l’Islam comme religion pour vous. Si quelqu’un est contraint par la faim, sans inclination vers le péché… alors, Allah est Pardonneur et Miséricordieux.

TRADUCTION DENISE MASSON 
….
Aujourd’hui, j’ai rendu votre Religion parfaite ;
J’ai parachevé ma grâce sur vous ;
J’agrée l’Islam comme étant votre Religion

TRADUCTION RÉGIS BLACHERE
….
Aujourd’hui, j’ai parachevé votre Religion et vous ai accordé Mon entier bienfait.
J’agrée pour vous l’Islam, comme Religion
….
TRADUCTION JACQUES BERCQUE

“Aujourd’hui les dénégateurs désespèrent (de venir à bout) de votre religion. Ne les craignez pas ; craignez-moi. Aujourd’hui j’ai parachevé pour vous votre religion, parfait pour vous mon bienfait en agréant pour vous l’islam comme religion”

TRADUCTION HAMZA  BOUBAKEUR

“Aujourd’hui les mécréants désespèrent (de vous détourner) de votre religion. Ne les redoutez pas ; redoutez-moi. Aujourd’hui j’ai parachevé pour vous votre religion, vous ai comblé de mon bienfait et ai agréé l’islam comme doctrine religieuse pour vous”

Ces traductions utilisent le mot islam comme un nom propre et non comme le nom verbal, islâm du verbe aslama

LE POINT DE VUE DE LA TRADITION 

Selon à la plupart des commentateurs, ce verset a été révélé alors que le Prophète prononçait son sermon d’adieu sur le mont ‘Arafāt, Qui a eu lieu un vendredi lors de son pèlerinage final (Q, T, W). Pour cette raison et à cause de sa référence à la «perfection de la religion», il est l’un de plusieurs versets pensé pour être parmi les derniers que le Prophète a reçu (les autres sont 2: 281; 4: 176; 9: 128-29 ; 110: 1-3). Une opinion mineure exprimée par Moujahid, cependant, a jugé qu’il a été révélé à l’époque de la conquête de la Mecque (Q).

L’interdiction que ce verset endroits sur certains aliments est similaire à ce qu’on trouve dans plusieurs autres versets (2: 173; 6: 118-19, 145; 16: 115) en ce qu’elle interdit les animaux déjà trouvé mort (charogne), le sang , même des animaux licites, la chair de porc, et la viande qui a été consacrée ou sacrifiés au nom de quelques-uns étant autre que Dieu. Le présent verset est probablement le dernier des versets d’interdiction alimentaire à être révélé, car il fournit plus de détails que les versets précédents sur les modes de décès qui interdisent un animal d’être consommé. Ce verset établit l’interdiction explicite de la viande qui a été tué par strangulation, qu’elle soit délibérée, comme aurait pratiqué par certains idolâtres (T) ou accidentelle (Q, T). Il est également illicite de manger des animaux qui ont été battus à mort, une pratique utilisée par des idolâtres arabes à l’époque préislamiques (Q). Des interdictions semblables sont également valables pour chasser le gibier. Par exemple, un ḥadīth indique que si l’on frappe un animal avec une flèche émoussée, qui tue sans le percer, l’animal est considéré comme «battu à mort» et ne peut pas être mangé (Q). Le verset interdit également manger des animaux qui sont morts d’une chute élevée, accidentelle ou provoquée délibérément (Q), ou qui ont été des cornes de taureau à mort. Les animaux tués et partiellement mangés par d’autres animaux ne sont également pas légitimes à manger.
Une exception à tous ces cas est faite pour ce que vous pouvez purifier (dhakkaytum, de Dhakka), ce qui signifie dans ce cas, un animal que l’on pourrait bien abattre avant sa mort. Ainsi, un animal qui a été blessé par l’un des moyens mentionnés ci-dessus, mais que l’on est capable d’abattre correctement avant qu’il soit mort de ses blessures (Q, T). L’exception ne concerne pas les cas de charognes ou la chair du porc, qui sont absolument interdites (T). Le Dhakka verbe, qui peut être synonyme du verbe «sacrifier» (dhabiḥa), utilisé dans la phrase suivante, vient d’une racine qui signifie «parfumé», «délicieux» ou «pur». Certains ont suggéré que sa connexion à l’abattage rituel est que la viande d’un animal abattu de cette façon devient parfumée et agréable à manger, puisque avec le sang drainé il sèche rapidement ; il peut également être liée à l’idée que la viande de l’animal se purifie ainsi (T).

Ce jour-là, le jour où ce verset a été révélé (selon la plupart, le Jour de la’Arafa pendant dernier pèlerinage du Prophète) les incroyants ont perdu tout espoir de dévier les musulmans loin de leur foi ( Q, T). « Ne les craignez pas, mais craignez-Moi » qu’on trouve aussi dans 2: 150; 3: 175;
La «perfection» de la religion et de la “fin” de la bénédiction sont largement comprise comme se référant soit au fait que le pèlerinage du Prophète à la Mecque a établi les rites et les procédures de l’obligation rituelle musulmane finale, le hajj, ou à la fin de la révélation coranique, bien que pas tous d’accord que cela a été le dernier verset à être révélé. Certains prétendent qu’il n’y a pas d’autres décisions rituelles ou morales qui ont été révélés au Prophète après ce jour (T, Tú, Z), bien que d’autres affirment que des versets supplémentaires contenant la juridiction, mais pas le rituel, et les prescriptions ont été révélés après ce verset (Q).

(Q) Abû ‘Abdi Llâh Muhammad Ibn Ahmad Ibn Abî Bakr Al-Ansârî Al-Qurtubî (m. 671/1272) : “Al Jâmi’ li Ahkâm Il Qur°ân”.
(T) Abū Jaʿfar Muhammad Ibn Jarīr Ibn Yazīd Tabarî (m. 310/923) : “Jâmi’ Ul Bayân Fî Tafsîr Il Qur°ân”
(W) Abû ‘l Hassan ‘Alī ibn Ahmad al-Wāhidī (m. 468/1076) : Asbāb al-nuzūl
(Tú) Muḥammad ibn al‐Ḥasan  al‐Ṭūsī (m. 460/1067) : al-Tibyan fi tafsir al-Qur’an
(Z)  Abu al-Qasim Mahmud ibn Umar al-Khawarizmi al-Zamakhshari (m. 538/1144) : Al-Kashshaaf ‘an ghawamid haqa’iq al-tanzil  wa ‘uyun al-aqawil fi wujuh al-ta’wil.

Selon certaines traditions chiites au début, ce verset aurait été révélé sur le site de Ghadir Khumm dans Juhfah

ETUDE DU VERSET AVEC UNE PROPOSITION DE TRADUCTION 

La présence du passage avec islâm et dîn dans ce long verset semble interpolé (al-yawm … jusqu’à al-islâm dînan). Il est intercalé entre deux parties de versets alors qu’elles auraient dû être dans un suivi comme dans les passages parallèles sur les interdits alimentaires et les exemptions pour risque vital et cas de force majeure de II, 175 et XVI 115. Paret a relevé le fait dans son commentaire. Un corpus est à retrouver pour al-yawm akmaltu la-kum dîna-kum … al-islâm dînan ; le terme clef dans ce passage est celui de dîn ; islâm garderait le sens de faire acte d’islâm ce qui désignerait les modalités d’entrée dans le contrat de sauvegarde

Aujourd’hui ceux qui récusent désespèrent (de vous détourner) de la conduite que vous avez adoptée, dîn : ne les craignez pas ; c’est moi que vous devez craindre (en raison du Jugement eschatologique annoncé et de ses conséquences) ;
Aujourd’hui j’ai validé entièrement la conduite que vous devez tenir (eu égard au contrat qui a été conclu) ; (en vertu de ce contrat) je vous ai fait bénéficier de ma totale bienfaisance ; (et en retour) j’ai agréé le fait que vous vous soyez engagés à vous mettre sous ma sauvegarde en adoptant la conduite convenue

Autre possibilité de sens pour akmaltu lakum dîna-kum et atmamtu ‘alaykum ni’matî
Aujourd’hui je vous ai donné la meilleure règle de conduite et je vous ai dispensé entièrement mon bienfait et j’ai agréé le fait que vous vous soyez engagés à adopter cette règle de conduite

La difficulté porte sur le sens à donner aux verbes factitifs akmala et atmama. L’idée n’est pas temporelle mais qualitative. akmala n’est pas à comprendre dans le sens de compléter mais rendre kâmil, parfait. Pour atmama n’est pas à comprendre par terminer mais rendre tamâm, entier. On a le même type de sens dans ahsana, faire que quelque chose soit bon ou bien, hasan.
Pour akmala cela rejoindrait le proverbe : al-kâmil al-ladhî yaktubu wa-ya’ûmu : “L’homme parfait c’est celui qui connaît le destin et qui sait guider les siens dans un espace sans repères (désert le plus difficile à parcourir).



Citer ce billet
Rachid Benzine (2017, 28 avril). 5:3. Fragments coraniques. Consulté le 16 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/otri

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.